Chez Altras, nous avons ces dernières années développé nos compétences en sécurité muséale, que nous avons mises en application pour des clients comme le Palais de Rumine & Espace Arlaud, le Musée cantonal d’archéologie et d’histoire, ou encore lors de la récente inauguration du Musée cantonal des Beaux-arts de Lausanne.

Nous vous présentons ici 5 grands principes de la sécurité muséale.

1. La protection des visiteurs, priorité numéro 1

Comme il n’est rien de plus précieux que la vie humaine, la protection de la sécurité physique des individus reste la première priorité en termes de protection muséale. L’attention des agents, quoi qu’ils fassent, doit rester en permanence concentrée sur la protection des visiteurs : intervention lors d’une altercation, premiers secours en cas de problème de santé, identification et protection des éléments à risques dans l’environnement du musée.

2. La double casquette des agents sécurité-accueil

L’accueil et l’orientation des visiteurs dans un cadre muséal suit des règles qui impliquent des spécificités pour les agents de sécurité. Cela signifie qu’ils aient été sélectionnés soigneusement, puis formés aux règles d’accueil de ce milieu : savoir-être, savoir-vivre, bonne élocution et aspect physique soigné.
L’impression que le visiteur garde d’un musée est souvent directement corrélée à l’accueil qu’il y a reçu. Un accueil de qualité, courtois et informatif, lui donnera envie de revenir, et de recommander le lieu à son entourage.
Pour les équipes de gestion du musée, les capacités d’accueil d’un agent de sécurité sont appréciables car elles leur confèrent une double casquette : sécurité et orientation.

3. La protection du patrimoine

Un musée renferme des objets d’une valeur parfois inestimable, qui doivent être protégés à la fois des accidents et des actes de malveillance. Il est nécessaire que les agents veillent en permanence à la protection des oeuvres, de quelque nature qu’elles soient : tableaux, sculptures, mobiliers ou objets d’art. Ils doivent avoir été spécialement formés pour intervenir par la force en cas d’acte de malveillance délibéré, ou bien pour éviter un accident, avec tact mais fermeté.


4. Prévoir l’imprévisible, ou l’importance de la planification en amont

90% du succès d’une procédure d’intervention en cas d’évènement inattendu est établit lors de la phase de planification du projet. Il est nécessaire que la société de sécurité guide les équipes du musée lors d’un travail exhaustif d’étude de tous les scénarios possibles, même les moins probables. Il faut ensuite établir, pour chacun, un plan d’action détaillé de la procédure à suivre.
Ce processus passe par un travail de planification lors de réunions préliminaires, mais aussi sur le terrain : il implique un travail de repérage des issues de secours, de l’intérieur ainsi que des alentours du musée, afin que tous les scénarios d’évacuation et de gestion des flux aient été envisagés.

5 L’importance de la sensibilisation et la formation des équipes du musée

La sécurité muséale est un véritable travail d’équipe. Ainsi, la formation du personnel, depuis le directeur du musée jusqu’aux différents employés, tous doivent être informés des procédures d’évacuation, de lutte contre les incendies, inondations, et bien d’autres évènements susceptibles de se produite. En effet, dans des situations d’urgence, il est nécessaire d’agir vite, et de manière coordonnée. Il est donc du devoir de la société de sécurité de guider les équipes du gestion du musée dans la formation de leur personnel, ce qui peut s’avérer crucial en cas de situation à risque.

Une question sur la sécurité muséale ? N’hésitez pas à nous contacter à info@altras.ch ou par téléphone au +41 21 320 17 17.

Pin It on Pinterest

Share This